Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2015 5 09 /01 /janvier /2015 10:36

 

index.jpg

 

Les mots qui vont suivre ne sont destinés à personne en particulier. Ceux à qui j’aimerais dire des choses sont mortes mercredi. Et contrairement à ce que pensent certains qui leur rendent hommage en dessin, ils ne sont pas dans un quelconque paradis en compagnie de Cavanna, Choron, Reiser ou Gébé en train de chier sur la moquette du seigneur ou enculer des anges en goguette. Non. Ils ont été assassinés. Ils ne dessineront plus, ils n’écriront plus. Ils ne nous réconforteront plus face aux dangereux extrémistes et autres racistes bêtifiants.

 

Je suis abonné à Charlie Hebdo depuis l’âge de 17 ans, je n’ai jamais arrêté de lire ce journal. J’ai grandi avec lui, appris à lire, à penser, à réfléchir, à dessiner avec lui… avec eux. Tous les mercredis matin je les retrouvais et c’était une joie. Bon. Comme dans toute relation aussi longue il y a eu des hauts et des bas. Je n’ai pas aimé le lynchage de Siné, par exemple. Prétendre que Siné est antisémite est aussi con que dire que Charlie est un journal islamophobe. Ceux qui disent ce genre de conneries n’ont jamais lu Charlie Hebdo, ils n’ont pas non plus lu Siné. Et je les plains parce qu’ils loupent de bonnes rigolades. Ces gars-là n’étaient pas des fous dangereux qui appelaient à la haine ou à la guerre. Ils s’amusaient à ridiculiser des gens qui préfèrent croire plutôt que penser. Cabu aimait cette citation de Cavanna qui disait : « un bon dessin c’est un coup de poing dans la gueule » point d’appel à la violence ici. Il faut prendre ce « poing dans la gueule » (si je puis dire) comme une tentative de réveil de la pensée. Ces mecs-là voulaient vous secouer ! Vous dire : « putain mais tu vois pas ce qui se passe !? » C’est tout. Ça s’arrêtait là. Ce n’était pas des combattants, c’était des rigolos désarmés.

 

Depuis mercredi je pleure mon enfance qui disparait un peu plus. Depuis mercredi j’observe ma fille et le ventre rebondie de ma femme, dans lequel séjourne encore pour quelques jours mon autre fille, et je me dis qu’elles grandiront dans un monde sans Cabu, sans Wolinski, sans Charb, sans Tignous, sans Honoré et sans Oncle Bernard. Et je pleure encore plus…

 

Voilà. Tout ça est un peu brouillon. J’aurais aimé vous faire une thèse sur la future crise sociale et géopolitique que va traverser notre pays mais mon esprit est trop encombré. Je ne ferai pas non plus de dessin. Je n’y arrive plus. Je crois que je ne ferai plus de dessin. En tout cas plus comme avant. Je suis convaincu que des talents émergeront, que les rescapés feront un journal « encore plus beaux » pour reprendre les mots de Cabu qui s’y connaissait en beauté (plus qu’en coupe de cheveux…) J’attends mercredi avec impatience comme depuis 15 ans.

 

On les aura.

 

Tibo

Partager cet article

Repost 0
Published by TROY
commenter cet article

commentaires

Fredo 09/01/2015 13:15

Merci pour ce texte.
T'en souviens-tu : nous vîmes ensemble Tignous au Vieux Léon, il y a bien des années...
Merci à lui et aux autres pour ce qu'ils faisaient.

TROY 10/01/2015 10:19



Bien sûr que je m'en souviens mon Fredo ! Une bonne soirée entre amis...



Présentement

  • : Le blog de Thibault Roy
  • Le blog de Thibault Roy
  • : Blog de dessins de presse et de bandes dessinées
  • Contact

Demandez Votre Chemin